A.D.O. Coach

Accompagner - Développer - Orienter

Intelligences, Mode d'emploi

Sollicité par l’Apel en 2015, Howard Gardner, le « père » des intelligences multiples, a accepté de répondre aux questions de parents et d’enseignants français dans le cadre du colloque "Intelligences mode d'emploi".

Apprendre à Apprendre, le Cadre et la Liberté

Ça y est, la rentrée est passée ou presque !

Comment aider nos ados à organiser au mieux leur année scolaire ?

Leur réussite tient de leur capacité intellectuelle certes, mais aussi de l’organisation de leur apprentissage. Concernant leur organisation, il est important de donner du cadre et aussi de la liberté.

Le cadre concerne à la fois le temps qui sera consacré à l’apprentissage, à la méthode de travail et à l’espace de travail. On ne le dira jamais assez, ce qui est bon pour un enfant n’est pas la solution pour tous les enfants !

C’est avant tout une question de réponse à un besoin.

Le cadre est donc de comprendre de quoi chacun a besoin pour réussir son apprentissage en créant les conditions qui y répondent.

Quant à la liberté, elle ne se résume pas aux loisirs et aux amis. Elle tient aussi du choix des outils pour apprendre, du choix de son espace de travail et de son adaptation autant qu’au choix du temps consacré à ne rien faire.

La liberté est surtout une façon de faire comprendre à notre enfant que la réussite tient de sa responsabilisation.

Par son choix, il devient responsable d’une conséquence. La responsabilisation ne se résume pas à s’astreindre au travail mais aussi à se sentir libre d’apprendre. Libre dans sa manière d’apprendre et libre de ne pas tout apprendre. Il peut y avoir des matières, des sujets, qui ne font pas écho à son psychisme.

Sa réussite scolaire se doit-elle d’être bon en tout ?

Ainsi le cadre et la liberté dans l’apprentissage permettront de trouver ou retrouver du plaisir, élargir sa zone de confort et contribuer à sa réussite scolaire.

Discutons-en ensemble ! 

Publication 11 septembre 2020 -  Stéphanie Miton

Le Coaching, le développement individuel à efficacité puissance 10 !

Vous êtes salarié, indépendant, ou chef d’entreprise et vous souhaitez vous développer sur un sujet précis. Pendant de nombreuses années, la formation professionnelle a été le vecteur de développement privilégié en entreprise en proposant des modules ciblés à prix variables.

Moi-même professionnelle de la formation pendant 20 ans, j’y ai trouvé de multiples axes de développement personnel jusqu’à ce que j’admette que le temps passé en formation rapporté au résultat acquis tienne souvent de la chronophagie par rapport à mes priorités et objectifs.

Aujourd’hui la formation reste le meilleur vecteur d’apprentissage pour des savoirs et savoir-faire, et est incontournable pour apprendre un savoir nouveau. Pour tout ce qui relève des savoir-être, les « soft skills » qui font la différence en milieu professionnel, le coaching est le moyen de s’améliorer et d’obtenir des résultats durables avec un rapport temps/investissement optimal.

Parce que le support de développement, c’est vous ! Votre personnalité, vos points forts et vos axes d’amélioration et votre mode de fonctionnement.

Exit la pédagogie descendante, vive la pédagogie inversée !

Vous détenez la connaissance mais vous n’en avez pas forcément conscience ; Vous avez une idée de vos capacités, que vous sous-estimez bien souvent ; et vous croyez assez facilement que vous n’avez pas les moyens pour résoudre la problématique. D’accord, je force un peu le trait, mais c’est un peu ça, non ?

La pédagogie inversée, c’est mettre en évidence ce que vous savez, et donc en matière de « soft skills », comment vous vous comportez.

Se mettre en perspective avec le résultat que vous souhaitez obtenir en travaillant sur vos valeurs, vos talents, vos réticences (vos croyances) et vos freins (vos limites) pour déplacer le curseur de la confiance et de l’estime de soi, tout ce qui détermine votre capacité d’agir, élargir votre zone de confort, en recourant s’il y a lieu à une ressource externe (par ex. l’apprentissage d’un nouveau savoir ou travailler avec un collaborateur) et mettre en place de nouveaux comportements.

Cela peut s’appliquer aux mécanismes relationnels : la communication, la gestion des conflits et des relations, travailler en équipe, avec ou sans lien hiérarchique… Comme aux mécanismes organisationnels : optimiser l’efficacité et l’organisation du temps, gérer un projet (personnel comme professionnel d’ailleurs !), la gestion du stress …

Le degré de développement tient de la perception de nos capacités en situation. En apprenant à mieux se connaître, aborder la situation sans les filtres limitants, la solution et le moyen de la mettre en œuvre deviennent accessibles à moindre effort.

J’entends régulièrement mes coachés faire la remarque que leur coaching leur a permis de se développer au-delà de l’objectif initial parce qu’ils ont appris plus sur eux-mêmes et leurs capacités que bon nombre des formations imposées par leur employeur.

Alors, et vous, vous commencez quand ?

Publication 3 juillet 2020 - Stéphanie Miton

Heureux au naturel

Cet été si spécial

Si nous doutions encore de l'ampleur du bouleversement de l'année scolaire, la difficulté de faire revenir tous les élèves à l'école reste épineuse et donnera lieu à un été bien différent et une rentrée de septembre avec de nouveaux enjeux. Cf. les "vacances apprenantes" du Ministre de l’Éducation.

En attendant, parce que nous apprenons de toutes les situations, il est déjà possible de faire le constat que cette année scolaire est davantage sociale que pédagogique : confinement, distanciation sociale, sociabilisation, isolement, … c'est notre savoir-être qui est au cœur de l'apprentissage dans cette crise sanitaire.

Adulte comme enfant et adolescent, nous nous sommes tous consciemment ou inconsciemment interrogés pendant ces semaines de confinement pour comprendre ce qui nous arrivait ou pour ne pas se laisser gagner par la déprime et continuer d'avancer.

Comment tenir en vase clos avec mes parents, mes enfants, 24h sur 24h ? Comment je vis avec mes émotions en étant éloigné de mes amis, de mes professeurs, de mon école ?

Comment je me discipline sans ces garde-fous habituels que sont le planning, les heures de cours, les pauses et le temps des devoirs ? Quelles sont les conséquences de mes actes lorsque je choisis de respecter ou de ne pas respecter les consignes sanitaires ?

De cette année si particulière, chacun de nous apprend et développe ce champ de compétences qui fait la différence lorsqu'il est en milieu contraint, et qui, demain sera davantage apprécié en milieu professionnel, c'est la capacité d'adaptation.

Ainsi pour éviter de rester sur ce sentiment d'année perdue, nous pouvons faire le point sur la façon dont la crise est vécue :

- Identifier nos comportements positifs et ceux qui nous ont mis à mal.

- Écouter nos émotions et ce qu'elles nous ont racontées de nous-mêmes, sur nos peurs, nos limites, nos croyances et aussi nos talents.

Pour les élèves qui sont dans cette année scolaire qui se termine, ou qu'ils ressentent comme déjà terminée, voire perdue, il est plus qu'important de les aider à mettre en évidence ce qu'ils ont vécu de positif pour que leur confiance en eux ne soit pas aussi malmenée que la scolarité.

A travers ce bouleversement sanitaire et social, ils ont dû faire appel à des ressources personnelles pour y faire face, et ces ressources sont des atouts qu'ils pourraient remobiliser ailleurs ou dans d'autres situations.

Rebondir et préparer la prochaine rentrée pourra se faire dans de meilleures conditions avec un capital de confiance en soi redynamisé.

Publication 9 juin 2020 - Stéphanie Miton

Aujourd'hui, Je Paus'itive !

Il y a quelques années, bien avant de faire du coaching, je m'interrogeais sur cette discipline.

Comment ça marche ? Est-ce fait pour moi ?

C'est un accompagnement certes, personnel d'accord, mais est-ce que cela me correspond ?

Les professionnels sérieux proposent souvent la première séance gratuite, et c'est une excellente idée parce que l'alchimie avec le praticien est importante pour se dévoiler ! Et puis, il arrive que la raison pour laquelle on veut se lancer dans un coaching soit encore floue, et bien qu'un bon praticien aide à cibler la demande, et s'engage à vous donner le nombre de séances nécessaires pour y répondre, c'est souvent 10 à 15 séances qui s'annoncent.

Mais, est-ce vraiment fait pour moi ?

J'ai donc décidé de lancer le forfait Je Paus'itive !

Une pause sur soi de 4 séances qui permet de voir ce qu'est la méthode de coaching et également de repartir avec un premier résultat.

Le coaching, c'est avant tout être positif !

Pratiquer la positive attitude, et après ces semaines d'isolement, c'est d'autant plus bénéfique ; si certains ont déjà su tirer profit de ce temps pour faire leurs premiers pas d'introspection, d'autres ont peut-être peiné à seulement trouver cette fameuse pensée positive.

Le coaching, c'est écouter, s'écouter !

Entendre ce que le corps murmure, ce que les émotions nous racontent, ouvrir des yeux bienveillants sur ce petit nombril qui nous a nourri aux premiers instant de la vie et qu'il nous arrive d'oublier.

Le coaching, c'est faire le point.

Être accompagné dans sa réflexion pour faire le point sur sa situation actuelle et identifier ce qui est essentiel pour soi. Et si l'essentiel n'est pas encore d'actualité, alors il sera toujours temps de se lancer dans un accompagnement sur le but essentiel précis à atteindre en étant sûr que la méthode convient ou bien d'être orienté vers d'autres pratiques. Et je sais pourquoi j'y vais !

Et si l'essentiel est là, cette pause sur moi sera une prise de conscience de retrouver cette force positive qui me fait avancer et pouvoir cultiver mon essentiel.

C'est décidé, Je Paus'itive !

Publication 11 mai 2020 - Stéphanie Miton

Positive Attitude !

Fermeture d'écoles - Bac et Brevet en contrôle continu - Crise du Coronavirus

Ce 3 avril, le ministre de l’Éducation Nationale a annoncé que les examens nationaux du Baccalauréat et du Brevet des Collèges seraient validés par le contrôle continu.

Pour beaucoup d'entre vous, cette décision est source supplémentaire d'inquiétudes :

- Vous souhaitiez vivre votre examen comme un rite de passage et cette expérience vous est retirée.

- Vous comptiez rattraper un dossier pas assez solide et assurer les notes des épreuves finales.

- Vous avez peur que votre diplôme n'ait pas la même valeur.

- L'examen final était la motivation qui vous gardait concentré sur vos études, davantage pendant cette période de confinement difficile.

Quelque soit la raison de votre inquiétude, elle vous appartient et elle est légitime.

- Vous avez besoin de pouvoir en parler et de pouvoir exprimer vos questions.

- Vous ne savez pas comment faire pour poursuivre vos études.

Je vous propose de vous accompagner avec neutralité et sans jugement afin que vous trouviez rapidement des alternatives pour mieux vivre cette année si particulière et qu'elle se termine le mieux possible voire par votre réussite.

NB : Un soutien réalisé en appel vidéo - Google Hangouts ou Messenger- qui demande un espace calme et discret (votre chambre par exemple) où vous pouvez vous exprimer en toute confiance et confidentialité.

Parution Avril 2020 - Stéphanie Miton

Trouver son orientation

Ce début d'année marque le lancement des campagnes de portes ouvertes des écoles et établissements d'enseignement. Pour nos ados, c'est aussi le moment de réfléchir à une orientation et au difficile choix de la filière. Comment faire pour les aider ?

Alors que cette étape de l'adolescence est une période de bouleversements intérieurs, il faut garder à l'esprit, pour nous parents, qu'ils n'ont pas encore toute la capacité de réflexion et de décision de l'adulte.

En effet, le cerveau est dans sa dernière phase de développement cognitif où la compréhension de concepts abstraits fait son apparition et permettra à terme de tenir des raisonnements complexes, d'assumer leur opinion, et également de prendre de la distance entre émotions et événements.

Pour l'heure, ils sont encore dans une certaine mesure guidés par leurs émotions et une capacité de projection à court terme.

Pour les aider, un accompagnement sur 5 séances, guidé par le jeu et le plaisir peut leur permettre de s'interroger sur leur personnalité, leur aspiration et poser les bases de leur orientation.

Pour répondre à vos questions ou mettre en place un accompagnement, A.D.O. Coach est à vos côtés, contactez-nous.

Parution Janvier 2020 - Stéphanie Miton

Pourquoi nos Ados sont-ils mous ?

Ils traversent une période de leur vie de grands bouleversements physiques et psychiques qui perturbent leur sommeil et entraînent de la fatigue et de l'irritabilité.

Ces changements sont dus à la dernière phase de développement du cerveau ainsi qu'aux fluctuations hormonales qui perturbent leurs humeurs :

- La mélatonine qui est sécrétée chez l'adulte vers 23h, arrive à 1h du matin chez l'adolescent, ce qui entraîne un sommeil plus tardif. Et il faut tenir compte en plus que la sollicitation des écrans retardent la sécrétion de la mélatonine. Il est donc préférable d'arrêter les écrans 2 heures avant le coucher.

- Les autres hormones comme la testostérone et la dopamine chez les garçons créent des pics d'agitation. Chez les filles, l'arrivée des cycles menstruels et la fluctuation des œstrogènes et de la sérotonine entrainent des changements d'humeurs.

Au final, ces bouleversements demandent un besoin de sommeil plus élevé que leur quotidien ne leur offre pas. Si 10h de sommeil sont nécessaires, ils en ont que 7 à 8 h en période de scolaire.

Alors, le week-end et les vacances, on laisse dormir, et en période scolaire, on fixe des heures écrans/devoirs/dodo pour éviter l'accumulation de fatigue.

Et on profite de partager la position optimale à 127° en famille dans le canapé, en se disant : on est bien comme ça ! 😉

Parution Janvier 2020 - Stéphanie Miton

Vers la fin du premier trimestre

C'est l'heure du bilan du premier trimestre pour nos enfants collégiens et lycéens. Les résultats amènent quelques interrogations voire des inquiétudes.

Comment les aider à réussir leur année scolaire ? Que faire pour qu'ils ne baissent pas les bras devant les difficultés ? Est-ce que ses résultats lui ouvriront les bonnes portes, celles qu'il aura choisi ?

Il est important de rester à leur écoute, de les encourager, de leur faire confiance afin de ne pas ajouter de la difficulté à la difficulté. Faire plaisir à ses parents peut être encore important si ce n'est plus que leur propre satisfaction d'eux-mêmes. Les soutenir par le dialogue est une façon de ne pas passer à côté du malaise qui pourrait s'installer.

Proposer des outils qui leur permettent de comprendre ce qui leur plaît, ce pour quoi ils sont bons, ce qui leur demande des efforts, comme l'inverse. De nombreux ouvrages sont dédiés à ces questions et peuvent être de bons alliés.

Pour aller plus loin un accompagnement personnalisé peut faciliter sa scolarité et son épanouissement. Identifier son profil d'apprentissage et les méthodes de travail qui vont avec ; découvrir des facettes de sa personnalité, distinguer ses propres capacités, développer son autonomie, ...

Des informations sur lui-même qui seront ses meilleurs atouts pour traverser et réussir cette année et préparer les suivantes.

Parution Décembre 2019 - Stéphanie Miton

La Presse en Parle !

https://lejournaldeleco.fr/le-coaching-pour-qui-et-pourquoi/