A.D.O. Coach

Accompagner - Développer - Orienter

L'épuisement professionnel : faut-il changer de travail ?

Avec une implication totale dans un métier, on peut dépasser ses limites et en souffrir quand le contexte ne nous permet pas d'exercer avec une pleine authenticité. On parle de ces profs "usés" ou de ces agriculteurs "à bout", pourtant ils aiment leur métier ... Mais si les conditions ne sont pas réunies pour l'épanouissement attendu, la désillusion peut se transformer en mal-être voire en épuisement professionnel.

Faut-il pour autant changer de métier ? Pas forcément, changer de contexte peut suffire.

Quoi qu'il en soit c'est essentiel de faire une pause.

Une pause physique par un congé ou un arrêt maladie pour sortir physiquement de son contexte professionnel anxiogène et éviter d'aller de mal en pis, qui peut mener à l'extrême pour certains.
Et cette acceptation est souvent difficile parce qu'on ne voit que les contraintes : comment le travail sera-t-il fait et par qui ? Combien de rémunération vais-je perdre ? Que vont en penser les autres ? Quels impacts sur ma carrière et mon avenir professionnel ? Mais, que vaut votre vie dans tout ça ? Bien plus ! S'arrêter, c'est investir sur son avenir et cesser de faire le mouton.

Une pause mentale en s'accordant le temps de ne rien faire pour mettre son cerveau au repos. Le corps nous a donné des signes (maux de tête, de dos, insomnies, fatigue, irritabilité, ...) et nous n'avons pas voulu les voir ni les entendre. L'épuisement professionnel, c'est quand le cerveau dit STOP ! Burn-out : cerveau cramé, brulé,... il faut se donner le temps de faire refroidir les circuits.

Une pause émotionnelle en s'accordant le soutien de son entourage et/ou d'un professionnel (coach, psy, thérapeute) pour trouver du réconfort, des moments de joies, de l'écoute. 

Puis on se donne le temps de la réflexion pour comprendre les déclencheurs et ce que nous ne trouvons plus dans notre job :

La charge de travail, surcharge ou l'inverse quand on vit "une mise au placard", est un équilibre important entre le temps et les moyens qui nous sont donnés pour réaliser et atteindre ses objectifs. 

La reconnaissance au travail ou comment je me perçois dans mon travail, et ce qu'en dit ou pense mon entourage professionnel : évaluer  la valeur que je me donne et celle que mon employeur me donne, et donc l'adéquation des deux.

Le sens, en réfléchissant à ce que signifie le travail pour soi, ce qu'il apporte et à quels besoins il répond.

Cette étape est importante parce qu'elle peut déterminer le changement de métier, d'entreprise ou tout simplement le contexte ou son rapport au travail.

L'épuisement professionnel a un côté violent dans ce qu'il déclenche un rejet de notre job, que nous avons souvent aimé passionnément.

La reconversion totale n'est pas le gage d'un mieux-aller, elle peut aussi être une fuite ou un possible échec à venir. Elle mérite donc une véritable réflexion de fond et un plan d'action précis pour étudier la faisabilité (bilan de compétences, formation, projet d'entreprise, recherche d'emploi). 

Le changement de poste dans l'entreprise nécessite de se faire accompagner en son sein pour recréer les conditions de travail favorables à une nouvelle motivation et au nouvel investissement.

Parfois, après un épuisement professionnel, le retour au poste peut être envisagé quand le travail d'introspection a bien été mené et que les prises de conscience sur les déséquilibres contextuels et ses propres attentes ont été conscientisés et verbalisés afin de redéfinir les limites de sa zone de confort professionnel : savoir dire non, gérer son temps, apprendre à argumenter pour obtenir les moyens, trouver l'équilibre entre sa vie privée et professionnelle... Cette redéfinition doit se faire avec sa hiérarchie dans l'écoute et la validation d'un nouveau "contrat moral de travail".

C'est un contrat moral qui est à faire évidemment avec son employeur mais surtout avec soi-même, pour retrouver le plaisir du travail et un nouvel épanouissement professionnel.

Publication Mai 2021 - Stéphanie Miton

Les Chercheurs de Vie Nouvelle

Il existe aux quatre coins du globe, ces hommes et ces femmes qui passent le voile de leur conscience pour tenter de donner un sens plus grand à leur existence.

Ces vies qui se croisent sans toujours se trouver réalisent pourtant la même trajectoire, celle de l’accomplissement... cette montée en compréhension subtile qui emprunte les voies de la spiritualité pour guider vers ce que l’on nomme, « l’éveil ».

Ces êtres sont des chercheurs de vie nouvelle, des sondeurs de perceptions oubliées, capables de faire muter les pensées en faits et les actes en synchronicités. Ils sont les alchimistes qui dans le silence, œuvrent à une connaissance muette plus grande que tout le reste. Ils sont ceux qui communient avec l’âme et chaque vibration de l’univers.

Lorsque le ciel se dévoile de ses nuages pour laisser naître son immensité, eux entendent un appel infini qui tambourine depuis les couloirs de l’éternité. On les reconnaît parce que leur sourire est la source d’une lumière bénie, ils rayonnent de ce quelque chose que les autres n’ont pas. Parce qu’ils n’ont rien à apprendre à personne, on se sent bien en leur présence et vous manquent dès qu’ils ne sont plus là.... Ils transitent sur des plans supérieurs où ne règnent que l’humilité d’apprendre encore pour mieux comprendre « Qui on est ».

Ce sont des chercheurs de sens, des émetteurs de promesses. Ce sont des humains grâce auxquels, on gagne à comprendre qu’il est possible pour chacun de faire pareil. Ce sont des gens de bienveillance, qui vous sondent d’empathie et qui vous réparent avec les mots de compassion qu’ils cultivent dans leur cœur et chaque jour dans leur esprit. Ils ne prennent rien, ils donnent... et leur simple présence est un envol qui fait fleurir partout autour, les plus belles fleurs en vous.

Je te souhaite au cours de ton voyage de rencontrer au moins une de ces personnes... Je te souhaite d’être touché par cette aura d’amour qui émane de leur corps... juste pour que tu saches ce que c’est, ce que ça fait... juste pour que tu puisses ressentir en quelques secondes toute la valeur que tu possèdes, sans jamais n’avoir pu à ce point le remarquer avant.

Je te souhaite cette rencontre hors du temps, car je sais qu’après tu ne seras plus celui que tu croyais, celui que tu pensais être ou devoir être... Je sais que tu entreverras l’idée de devenir toi-même et ça croit moi... au-delà d’une vie nouvelle, ce sera le départ de ta vie à Toi

🙏 Elody HENRY - Auteur - Biographe - www.alencredevosmots.fr
Publication 3 Avril 2021 - Elody Henry

Concentration et attention, quelle durée idéale ?

Il n'est pas facile de savoir comment organiser son travail quand il faut de la concentration.

S'il m'arrive de mener une séance de concentration à 2h, cela ne peut être égal sur tous les sujets, certains parce que je n'éprouve pas le même plaisir.

Et il est effectivement nécessaire de déconnecter à l'issue par une toute autre activité dite de repos. On notera au passage, que le temps sur écran à réseauter et à jouer n'est pas du temps de repos, c'est une nouvelle séquence de concentration.

Enfin, j'ai arrêté le marathon mental (multiplication des longues séances sur une même journée), en ne faisant qu'une seule grande séance de concentration par jour. Et vous, quel concentré êtes-vous ?

A lire : Le temps reconquis, concentration et attention, quelle durée idéale ?

Oser le Changement !

La Chandeleur et le Mimosa fêtent le retour de la Lumière. Bientôt, la Nature renaîtra et nous avec.

Que ferons-nous de ce renouveau ? 

Si nous sommes souvent hostile au changement, c'est parce qu'il mène vers l'inconnu.

Mais renoncer à un possible changement vers le mieux est encore plus décourageant...

Et si le changement c'était plus simple et moins effrayant qu'il n'y paraît ?

Tracer son Horizon en 2021

J'y vais ou j'y vais pas ?

J’en étais là avec ce gimmick adapté de la chanson « Tu veux ou tu veux pas », chantée par notre Brigitte Bardot et dont le refrain entêtant ne nous quittait plus une fois entendu…

Je me souviens, il y a quelques années, j’étais dans un job que j’aimais, dans lequel j’étais très confortable avec une appréciation professionnelle et une estime de mes pairs qui me permettaient de voir mon job de façon sécuritaire sur bien des plans. Mais voilà, j’en avais fait le tour et la routine guettait. Je m’entends encore dire à mes collègues, qui comme moi faisaient partie depuis longtemps de l’organisation : «Un peu de sang neuf, ça ferait du bien pour challenger notre créativité et notre offre de service.» 

Et si le sang neuf, c’était moi.

Moi mais ailleurs ? Alors me voilà à réfléchir à changer de poste, de job, de boîte et de vie. Et cette chanson qui me trottait dans la tête… Parce qu’à la vérité, c’est pas facile de changer et d’oser. Pour aller où et pour faire quoi ? Et que va dire mon compagnon, ma famille ? Et si je me plante ?! Comment savoir si la décision prise est la bonne sans attendre le résultat… un plantage, une incommensurable erreur !

Si vous aussi, vous traversez une période comme celle-là, faite de 1000 questions et 1000 doutes, il est temps de clarifier les choses et de comprendre les raisons qui font que vous en êtes là. Pour redonner de la clarté à sa vie, régler sa boussole, et vous permettre de :

- Gagner en confiance en soi : affirmer sa personnalité, assumer ses choix, et entrer dans la lumière.

- Apporter une vision : renforcer son potentiel, s’appuyer sur ses talents, être à la bonne place.

- Retrouver de la sérénité : redéfinir son essentiel, apprivoiser les émotions et le stress, et consolider son socle de bien-être. 

- Chasser la procrastination : se recentrer sur ce qui est important, comprendre ce qui fait peur, dépasser ses limites, apprécier ce qui est fait.

- Calibrer son temps : accorder un temps pour chaque chose sans courir, un temps pour soi, un temps pour l’autre.

- Redonner du sens : retrouver les rêves qui étaient les siens et qu’on a oublié en chemin.

Réaligner les planètes comme on dit !

La Tête, Le Coeur et le Corps

Nos planètes, elles sont au nombre de 3 : la Tête, le Cœur et le Corps. Pour aligner vos planètes, je vous propose ma méthode d’alignement personnel :

Cultiver son essentiel

Créer l’énergie positive qui s’appuie sur la connaissance de soi.

Parce qu’opérer un changement demande de l’énergie et que cela va mobiliser notre mental, il est important d’avoir ses batteries pleines. Nous avons tous un jardin intérieur dans lequel nous aimons nous plonger pour trouver la paix. Parfois le rythme de la vie et les épreuves nous font oublier qu’il est là à porter de main et que nous ne l’avons pas contemplé depuis longtemps.

- Créer un rituel journalier consacré à ce qui apporte du plaisir.
- Prendre conscience de l’énergie positive qui émerge.
- Capitaliser sur une nouvelle habitude dédiée à soi.

Se mettre en congruence

Mettre ses pensées, ses sentiments et ses actions en cohérence pour préparer les conditions de réussite du changement.

- Faire le point sur sa situation et en regardant ce qui va et ce qui ne va pas.
- Respecter ses valeurs et ses besoins.
- Ecouter son corps, accepter ses émotions.
- Choisir son objectif en respectant son écologie personnelle.

Activer le changement

Déterminer et mettre en œuvre son plan d’action personnalisé et structuré pour atteindre cet objectif.

- Distinguer sa zone de confort et ses zones de contrainte.
- Comprendre ses limites et s’appuyer sur son potentiel.
- Déterminer les étapes et les ressources pour atteindre l’objectif.
- Apprécier le chemin du changement personnel parcouru et la naissance d’un nouveau soi.

Être aligné, ce n'est pas forcément rejouer le Big Bang dans sa vie, mais c’est avant tout créer son harmonie au quotidien.

Je ne suis pas fan des "bonnes résolutions de l'année", mais si vous souhaitez faire de 2021 votre année et aligner vos planètes, passez à l'action !

Coach ? Vous avez dit coach ?

Pour tous ceux qui s'interrogent (encore) sur ce qu'est un coach et qui veulent des réponses précises, je vous invite à découvrir le Manifeste du Coaching qui précise l'éthique, les compétences, les champs d'intervention, pour défendre un métier dont le nom est soit mal connu ou galvaudé.

Je suis coach professionelle et mon métier est de proposer mon expertise dans l’accompagnement de l'individu, des équipes comme des organisations.

Parcoursup, c'est pour bientôt

Pour celles et ceux qui n'ont pas encore fait leur choix d'#orientation, un accompagnement structuré pour aider à se poser les bonnes questions est encore possible. S'interroger en Janvier pourrait bien être trop tard, surtout si aucune idée de filière d'études se profile.

Janvier sera l'heure des dernières rencontres avec les écoles et les professionnels pour confirmer son choix.

Si vous êtes intéressé(e), un premier échange permettrait de vous situer. 

=> Appeler 📞

Site Parcoursup/calendrier en détail

Publication Stéphanie Miton - 4 Décembre 2020

Calendrier de l'Avent 2020

Découvrez chaque jour du 1er au 24 Décembre 2020, ce que L'Homme de Vitruve nous raconte de nous-même à travers de bons mots.

Prochainement disponible en Livret

Destination Orientation - Départ Immédiat

Collégien, lycéen, étudiant, cette année est une année où tu dois faire un choix : un choix d’orientation après le collège, un choix d’enseignement optionnel au lycée, un choix de filière d’études supérieures, ou plus largement, le choix de ce que tu veux faire plus tard !

Beaucoup devront se positionner en Janvier – Février quand d’autres pourront attendre le printemps.

Pour tous, le choix de son avenir ne se fait pas en un claquement de doigt ! Il n’y a pas de remède miracle, y compris pour celui qui a de bonnes notes, un bon dossier scolaire ou un environnement familial à l’écoute ou matériellement favorable.

Parce que le choix est avant tout un choix personnel, intérieur, qui doit être en lien avec sa personnalité profonde. Et faire ce choix demande du temps, de la réflexion, et un peu de recherche.

Trop nombreux sont ceux que je vois arriver en ayant choisi des filières porteuses, l’informatique, le développement numérique, les écoles d’ingénieur et de commerces, et qui après 2 à 4 ans sont dans l’incertitude ou la démotivation.

Pourquoi ?

Parce que la réflexion sur ce qu’ils voulaient réellement, profondément, n’a pas été menée complètement. Bien souvent, ils ont suivi les appréciations du corps enseignant (qui ne sont pas totalement infondées), les conseils de leur entourage (qui pensent souvent être de bons conseils), les appels des sirènes des filières et écoles tendances, ou pire… « la filière à côté de chez soi. »

Mais toi ? Comment fais-tu pour te poser les bonnes questions ?

Parce que ce n’est pas facile de se projeter quand on ne sait déjà pas ce qu’on fera la semaine prochaine ! Parce que ce n’est pas facile en plein milieu d’une réforme scolaire où même les acteurs sont en pleine refondation !

Parce que nous traversons, en plus, une période critique mondiale où l’environnement socio-économique est peut-être en train de se réinventer !

Reprendre la main sur son avenir, c’est revenir au présent.

Et oui ! C’est ton présent, c’est ce que tu es, ta personnalité, tes goûts, tes talents, ce que tu aimes faire et que tu fais bien qui doivent te guider dans tes choix.

Et la réflexion ne doit pas se limiter aux enseignements scolaires mais bien à tout ce que tu es dans ta globalité. Il sera inutile de courir les salons étudiants et les journées portes ouvertes des écoles tant que tu ne sais pas de quel bois tu es fait !

Comment prendre en considération tout ce que tu es ? L’accompagnement par le coaching scolaire ou le coaching d’orientation peut te permettre de répondre aux questions concernant ta personnalité avec un interlocuteur qui structure la réflexion sur plusieurs séances sans présumer de tes choix ni de ce qui est bon pour toi.

Puis, c’est être accompagné dans l’action sur la recherche d’information sur les filières d’enseignement, les métiers, les bassins d’emplois et les salaires possibles ; sur les ressources et financements de scolarité nécessaire pour réaliser ton parcours étudiant ; sur la rencontre de professionnels dans les disciplines qui t’intéressent.

Et pouvoir être en mesure le moment venu de faire ton choix d’orientation en toute sérénité.

Le coaching est un atout pour les jeunes comme pour les parents, car il met de la méthode, de la neutralité, et de l’ouverture dans la réflexion sur l’orientation.

Nous savons qu’une carrière ne se fait plus sur un seul métier ni une seule entreprise.

Le coaching d’orientation peut aussi permettre de tracer de futures passerelles professionnelles avec des talents communs à plusieurs disciplines. Avoir une meilleure connaissance de soi très tôt permet de mieux se respecter dans les choix à faire au cours de sa vie et d’être plus efficace en faisant des choix plus éclairés.

Embarquez dès à présent !

Publication Octobre 2020 - Stéphanie Miton

Pu

Intelligences, Mode d'emploi

Sollicité par l’Apel en 2015, Howard Gardner, le « père » des intelligences multiples, a accepté de répondre aux questions de parents et d’enseignants français dans le cadre du colloque "Intelligences mode d'emploi".

Apprendre à Apprendre, le Cadre et la Liberté

Ça y est, la rentrée est passée ou presque !

Comment aider nos ados à organiser au mieux leur année scolaire ?

Leur réussite tient de leur capacité intellectuelle certes, mais aussi de l’organisation de leur apprentissage. Concernant leur organisation, il est important de donner du cadre et aussi de la liberté.

Le cadre concerne à la fois le temps qui sera consacré à l’apprentissage, à la méthode de travail et à l’espace de travail. On ne le dira jamais assez, ce qui est bon pour un enfant n’est pas la solution pour tous les enfants !

C’est avant tout une question de réponse à un besoin.

Le cadre est donc de comprendre de quoi chacun a besoin pour réussir son apprentissage en créant les conditions qui y répondent.

Quant à la liberté, elle ne se résume pas aux loisirs et aux amis. Elle tient aussi du choix des outils pour apprendre, du choix de son espace de travail et de son adaptation autant qu’au choix du temps consacré à ne rien faire.

La liberté est surtout une façon de faire comprendre à notre enfant que la réussite tient de sa responsabilisation.

Par son choix, il devient responsable d’une conséquence. La responsabilisation ne se résume pas à s’astreindre au travail mais aussi à se sentir libre d’apprendre. Libre dans sa manière d’apprendre et libre de ne pas tout apprendre. Il peut y avoir des matières, des sujets, qui ne font pas écho à son psychisme.

Sa réussite scolaire se doit-elle d’être bon en tout ?

Ainsi le cadre et la liberté dans l’apprentissage permettront de trouver ou retrouver du plaisir, élargir sa zone de confort et contribuer à sa réussite scolaire.

Discutons-en ensemble ! 

Publication 11 septembre 2020 -  Stéphanie Miton

Le Coaching, le développement individuel à efficacité puissance 10 !

Vous êtes salarié, indépendant, ou chef d’entreprise et vous souhaitez vous développer sur un sujet précis. Pendant de nombreuses années, la formation professionnelle a été le vecteur de développement privilégié en entreprise en proposant des modules ciblés à prix variables.

Moi-même professionnelle de la formation pendant 20 ans, j’y ai trouvé de multiples axes de développement personnel jusqu’à ce que j’admette que le temps passé en formation rapporté au résultat acquis tienne souvent de la chronophagie par rapport à mes priorités et objectifs.

Aujourd’hui la formation reste le meilleur vecteur d’apprentissage pour des savoirs et savoir-faire, et est incontournable pour apprendre un savoir nouveau. Pour tout ce qui relève des savoir-être, les « soft skills » qui font la différence en milieu professionnel, le coaching est le moyen de s’améliorer et d’obtenir des résultats durables avec un rapport temps/investissement optimal.

Parce que le support de développement, c’est vous ! Votre personnalité, vos points forts et vos axes d’amélioration et votre mode de fonctionnement.

Exit la pédagogie descendante, vive la pédagogie inversée !

Vous détenez la connaissance mais vous n’en avez pas forcément conscience ; Vous avez une idée de vos capacités, que vous sous-estimez bien souvent ; et vous croyez assez facilement que vous n’avez pas les moyens pour résoudre la problématique. D’accord, je force un peu le trait, mais c’est un peu ça, non ?

La pédagogie inversée, c’est mettre en évidence ce que vous savez, et donc en matière de « soft skills », comment vous vous comportez.

Se mettre en perspective avec le résultat que vous souhaitez obtenir en travaillant sur vos valeurs, vos talents, vos réticences (vos croyances) et vos freins (vos limites) pour déplacer le curseur de la confiance et de l’estime de soi, tout ce qui détermine votre capacité d’agir, élargir votre zone de confort, en recourant s’il y a lieu à une ressource externe (par ex. l’apprentissage d’un nouveau savoir ou travailler avec un collaborateur) et mettre en place de nouveaux comportements.

Cela peut s’appliquer aux mécanismes relationnels : la communication, la gestion des conflits et des relations, travailler en équipe, avec ou sans lien hiérarchique… Comme aux mécanismes organisationnels : optimiser l’efficacité et l’organisation du temps, gérer un projet (personnel comme professionnel d’ailleurs !), la gestion du stress …

Le degré de développement tient de la perception de nos capacités en situation. En apprenant à mieux se connaître, aborder la situation sans les filtres limitants, la solution et le moyen de la mettre en œuvre deviennent accessibles à moindre effort.

J’entends régulièrement mes coachés faire la remarque que leur coaching leur a permis de se développer au-delà de l’objectif initial parce qu’ils ont appris plus sur eux-mêmes et leurs capacités que bon nombre des formations imposées par leur employeur.

Alors, et vous, vous commencez quand ?

Publication 3 juillet 2020 - Stéphanie Miton

Heureux au naturel

Cet été si spécial

Si nous doutions encore de l'ampleur du bouleversement de l'année scolaire, la difficulté de faire revenir tous les élèves à l'école reste épineuse et donnera lieu à un été bien différent et une rentrée de septembre avec de nouveaux enjeux. Cf. les "vacances apprenantes" du Ministre de l’Éducation.

En attendant, parce que nous apprenons de toutes les situations, il est déjà possible de faire le constat que cette année scolaire est davantage sociale que pédagogique : confinement, distanciation sociale, sociabilisation, isolement, … c'est notre savoir-être qui est au cœur de l'apprentissage dans cette crise sanitaire.

Adulte comme enfant et adolescent, nous nous sommes tous consciemment ou inconsciemment interrogés pendant ces semaines de confinement pour comprendre ce qui nous arrivait ou pour ne pas se laisser gagner par la déprime et continuer d'avancer.

Comment tenir en vase clos avec mes parents, mes enfants, 24h sur 24h ? Comment je vis avec mes émotions en étant éloigné de mes amis, de mes professeurs, de mon école ?

Comment je me discipline sans ces garde-fous habituels que sont le planning, les heures de cours, les pauses et le temps des devoirs ? Quelles sont les conséquences de mes actes lorsque je choisis de respecter ou de ne pas respecter les consignes sanitaires ?

De cette année si particulière, chacun de nous apprend et développe ce champ de compétences qui fait la différence lorsqu'il est en milieu contraint, et qui, demain sera davantage apprécié en milieu professionnel, c'est la capacité d'adaptation.

Ainsi pour éviter de rester sur ce sentiment d'année perdue, nous pouvons faire le point sur la façon dont la crise est vécue :

- Identifier nos comportements positifs et ceux qui nous ont mis à mal.

- Écouter nos émotions et ce qu'elles nous ont racontées de nous-mêmes, sur nos peurs, nos limites, nos croyances et aussi nos talents.

Pour les élèves qui sont dans cette année scolaire qui se termine, ou qu'ils ressentent comme déjà terminée, voire perdue, il est plus qu'important de les aider à mettre en évidence ce qu'ils ont vécu de positif pour que leur confiance en eux ne soit pas aussi malmenée que la scolarité.

A travers ce bouleversement sanitaire et social, ils ont dû faire appel à des ressources personnelles pour y faire face, et ces ressources sont des atouts qu'ils pourraient remobiliser ailleurs ou dans d'autres situations.

Rebondir et préparer la prochaine rentrée pourra se faire dans de meilleures conditions avec un capital de confiance en soi redynamisé.

Publication 9 juin 2020 - Stéphanie Miton

Aujourd'hui, Je Paus'itive !

Il y a quelques années, bien avant de faire du coaching, je m'interrogeais sur cette discipline.

Comment ça marche ? Est-ce fait pour moi ?

C'est un accompagnement certes, personnel d'accord, mais est-ce que cela me correspond ?

Les professionnels sérieux proposent souvent la première séance gratuite, et c'est une excellente idée parce que l'alchimie avec le praticien est importante pour se dévoiler ! Et puis, il arrive que la raison pour laquelle on veut se lancer dans un coaching soit encore floue, et bien qu'un bon praticien aide à cibler la demande, et s'engage à vous donner le nombre de séances nécessaires pour y répondre, c'est souvent 10 à 15 séances qui s'annoncent.

Mais, est-ce vraiment fait pour moi ?

J'ai donc décidé de lancer le forfait Je Paus'itive !

Une pause sur soi de 4 séances qui permet de voir ce qu'est la méthode de coaching et également de repartir avec un premier résultat.

Le coaching, c'est avant tout être positif !

Pratiquer la positive attitude, et après ces semaines d'isolement, c'est d'autant plus bénéfique ; si certains ont déjà su tirer profit de ce temps pour faire leurs premiers pas d'introspection, d'autres ont peut-être peiné à seulement trouver cette fameuse pensée positive.

Le coaching, c'est écouter, s'écouter !

Entendre ce que le corps murmure, ce que les émotions nous racontent, ouvrir des yeux bienveillants sur ce petit nombril qui nous a nourri aux premiers instant de la vie et qu'il nous arrive d'oublier.

Le coaching, c'est faire le point.

Être accompagné dans sa réflexion pour faire le point sur sa situation actuelle et identifier ce qui est essentiel pour soi. Et si l'essentiel n'est pas encore d'actualité, alors il sera toujours temps de se lancer dans un accompagnement sur le but essentiel précis à atteindre en étant sûr que la méthode convient ou bien d'être orienté vers d'autres pratiques. Et je sais pourquoi j'y vais !

Et si l'essentiel est là, cette pause sur moi sera une prise de conscience de retrouver cette force positive qui me fait avancer et pouvoir cultiver mon essentiel.

C'est décidé, Je Paus'itive !

Publication 11 mai 2020 - Stéphanie Miton

Positive Attitude !

Fermeture d'écoles - Bac et Brevet en contrôle continu - Crise du Coronavirus

Ce 3 avril, le ministre de l’Éducation Nationale a annoncé que les examens nationaux du Baccalauréat et du Brevet des Collèges seraient validés par le contrôle continu.

Pour beaucoup d'entre vous, cette décision est source supplémentaire d'inquiétudes :

- Vous souhaitiez vivre votre examen comme un rite de passage et cette expérience vous est retirée.

- Vous comptiez rattraper un dossier pas assez solide et assurer les notes des épreuves finales.

- Vous avez peur que votre diplôme n'ait pas la même valeur.

- L'examen final était la motivation qui vous gardait concentré sur vos études, davantage pendant cette période de confinement difficile.

Quelque soit la raison de votre inquiétude, elle vous appartient et elle est légitime.

- Vous avez besoin de pouvoir en parler et de pouvoir exprimer vos questions.

- Vous ne savez pas comment faire pour poursuivre vos études.

Je vous propose de vous accompagner avec neutralité et sans jugement afin que vous trouviez rapidement des alternatives pour mieux vivre cette année si particulière et qu'elle se termine le mieux possible voire par votre réussite.

NB : Un soutien réalisé en appel vidéo - Google Hangouts ou Messenger- qui demande un espace calme et discret (votre chambre par exemple) où vous pouvez vous exprimer en toute confiance et confidentialité.

Parution Avril 2020 - Stéphanie Miton